Gestion du bruit

L'Administration de la navigation aérienne contribue activement à la mise en œuvre du  plan d'action contre le bruit de l'aéroport de Luxembourg qui a été élaboré dans le cadre de la loi modifiée du 21 juin 1976 relative à la lutte contre le bruit et du règlement grand-ducal du 2 août 2006 portant application de la directive 2002/49/CE relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement.

Ce plan d'action fait partie d'une stratégie nationale de prévention et d'assainissement des nuisances sonores par rapport aux différentes sources de bruit dans l'environnement et sert à coordonner les actions des différents acteurs concernés pour agir en matière d'exposition de la population au bruit.

L'Administration de la navigation aérienne entreprend des actions concrètes pour réduire les nuisances sonores à l'aéroport (source: Plan d'action contre le bruit de l'aéroport de Luxembourg) :

  • Elaboration collaborative de scénarios théoriques d'évolution à long terme de l'exploitation de l'aéroport.
  • Optimisation des procédures opérationnelles

Conception d'une procédure de descente continue (Continuous descent operations, CDO), manœuvre par laquelle un avion effectue une descente à partir d'une position optimale en utilisant un minimum de poussée et en évitant de voler en palier et ce, dans les limites permises par les procédures publiées, en assurant la sécurité du vol. La trajectoire de vol d'un avion peut également aider à réduire les niveaux de bruit et de consommation de carburant en effectuant une descente en douceur jusqu'au seuil de piste plutôt qu'une approche en escalier classique.

En quoi le concept CDO luxembourgeois est-il différent?

Dans les autres aéroports, les vols CDO s'effectuent sans procédure de vol prédéfinie. Le contrôleur de la circulation aérienne estime la distance à parcourir et la communique au pilote. L'inconvénient de ces "CDO vectorisées" est l'indication imprécise de la distance, le risque d'erreur humaine et une charge de travail supplémentaire pour les contrôleurs en situation d'occupation.

Le concept CDO, développé pour le Luxembourg par les contrôleurs de l'ANA par contre, repose sur des points géographiques déterminés conjointement avec des compagnies aériennes proches du segment d'approche finale. 

Davantage de procédures ont été mises en œuvre pour de réduire le bruit de décollage, de montée, d'approche et d'atterrissage des aéronefs. 

  • Evolution vers une navigation basée sur la performance (Performance Based Navigation-PBN)

L'évolution vers la navigation basée sur la performance, c'est-à-dire l'élaboration de procédures de vol reposant sur la navigation par satellite sont devenues l'une des grandes priorités de l'Administration de la navigation aérienne (obligation de l'OACI pour 2020 (résolution A37-11)).

Les avantages sont multiples:

Amélioration de l'efficacité et de la capacité de l'espace aérien,

Réduction des encombrements dans l'aviation,

Amélioration de la sécurité,

Réduction des impacts sur l'environnement,

Economie de carburant,

Atténuation du bruit des aéronefs,

Garantie de l'interopérabilité,

Maintien des opérations fiables par tous les temps,

Augmentation de la flexibilité des opérateurs.

L'Administration de la navigation aérienne a commencé le développement de son concept PBN et l'établissement du plan de mise en œuvre en 2018, dont le projet P-RNAV, qui sera implémenté au mois d'août 2019.

  • Précision Air navigation (P-RNAV)

La navigation de surface (RNAV) est une méthode de vol aux instruments permettant à un avion d'utiliser n'importe quelle trajectoire au sein d'un réseau de points (waypoints en anglais) plutôt que de naviguer directement entre des stations au sol (méthode conventionnelle), ce qui permet de fluidifier le trafic et d'optimiser les routes. Il est prévu d'élaborer de telles procédures pour le Luxembourg afin d'optimiser d'avantage les approches des avions et de réduire ainsi l'impact environnemental.

  • Mise à disposition du nombre de vols et du nombre de vols de nuit

L'aéroport de Luxembourg dispose d'un réseau de cinq stations de mesure de bruit à l'aide desquelles des fiches de synthèse journalières et mensuelles sont dressés de manière automatique, qui sont publiées sur le site internet de l'Administration de la navigation aérienne. L'Administration de la navigation aérienne a adapté le système afin de publier les fiches de synthèse des mesures en utilisant les indices Lden, Lday, Levening et Lnight pour les mesures de bruit.

L'utilisation des indices européens contribue à une meilleure communication des mesures de bruit au grand public et permet de mettre les résultats des mesures de bruit en relation avec les cartes de bruit calculées.

Les données recueillies par les systèmes de l’aéroport sont publiées sur base mensuelle et indiquent notamment le nombre de mouvements à l’aéroport en fonction de plages horaires prédéfinies. Ces données sont par ailleurs utilisées afin de stocker les informations de vol réelles des mouvements afin de les intégrer dans les cartes de bruit. Ces données sont publiées sur base mensuelle.

  • Analyse détaillée des motifs de dérogations du relevé récapitulatif envoyé au Ministère des Transports

Dans le cadre de l'article 13 du Règlement grand-ducal du 2 novembre 2012 portant modification du règlement grand-ducal modifié du 24 mai 1998 fixant les conditions d'exploitation technique et opérationnelle de l'aéroport de Luxembourg, à la fin de chaque trimestre les bénéficiaires de dérogations sont tenus de remettre au ministère des transports un relevé récapitulatif des dérogations effectivement utilisées avec indication des raisons justificatives. L'Administration de la navigation aérienne en support avec le département des Transports du Ministère du Développement durable et des Infrastructures analyse de façon détaillée les motifs de dérogations en concertation avec les compagnies aériennes impliquées.

  • Développement d'une charte de bonnes pratiques en matière de lutte contre les nuisances sonores avec les principales compagnies aériennes (à l'exemple de Cargolux)

L'Administration de la navigation aérienne a développé en partenariat avec Cargolux une charte de bonnes pratiques en matière de lutte contre les nuisances sonores. Cette charte vise à définir un plafond maximum d'exceptions de vols de nuit en tenant compte de l'horaire et du type d’appareil. De plus une limitation est prévue pour les essais-moteurs en utilisant des nouvelles méthodes de maintenance.

Cette bonne pratique pourra être proposée aux autres principales compagnies.

  • Etude pour une nouvelle zone d'essai moteur

Une étude est lancée par l'Administration de la navigation aérienne à la demande du Ministère de Développement durable et des Infrastructures pour le déplacement éventuel de la zone d'essai moteur actuelle et l'utilisation possible de dispositifs atténuateurs de bruit. L'objectif est de réduire l’exposition au bruit pour les communes avoisinantes.

Actuellement les essais moteurs sont autorisés du lundi au vendredi entre 07.00 et 21.00 heures et les samedis entre 08.00 et 20.00 heures conformément au règlement grand-ducal du 2 novembre 2012 portant modification du règlement grand-ducal modifié du 24 mai 1998 fixant les conditions d'exploitation technique et opérationnelle de l'aéroport de Luxembourg. Sans préjudice d'une autorisation particulière à délivrer pour des raisons d'urgence par l'administration, tout essai moteur est interdit en dehors de ces périodes ainsi que pendant les dimanches et les jours fériés.

  • Révision de la charte pour l'aviation sportive

Explication de la mesure: Cette mesure concerne la charte pour l'aviation sportive établie dans le cadre du règlement grand-ducal du 8 janvier 2007 modifiant le règlement grand-ducal du 24 mai 1998 fixant les conditions d’exploitation technique et opérationnelle de l’aéroport de Luxembourg et décrite dans la section 3.4. "Mesures de gestion du bruit existantes" de ce plan d'action. Le gouvernement réaffirme son engagement concernant cette charte et la mise en oeuvre des mesures prévues par celle-ci. Cependant lors de l'enquête publique il a été mis en avant que toutes les mesures prévues par la charte ne seraient plus nécessairement adéquates ou mises en oeuvre de façon peu efficace. En particulier, il a été mis en avant que la mesure 5 et la mesure 6 n'auraient pas montré l'effet escompté. Vu ces remarques, il est envisagé de procéder à une évaluation de l’impact sonore des vols d'écolage en exécution de la mesure 10 de la charte. Par ailleurs, il est prévu que le Département des Transports invite les signataires de la charte à une réunion du groupe de travail établi dans le cadre de celle-ci, afin d’étamer les discussions pour la révision de la charte.

 
 
Dernière mise à jour